Go to the top

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.

En savoir plus OK
69

Intéressé(e) par ce projet ?

Vous pouvez soutenir ce projet et être tenu informé en avant-première de son actualité et de son ouverture au financement en cliquant sur le bouton ci-dessous. Un soutien n'engage aucune promesse financière. Les projets qui réuniront le plus de soutiens seront ouverts au financement participatif en priorité.

Les Avantages Du Projet

  • Portefeuille de 3 actifs solaires

  • Taux d'ensoleillement

  • 10 292 foyers alimentés par an

  • 14 544 tonnes de CO2 évitées par an

DÉCOUVRIR LA CENTRALE

AkuoCoop a délivré le label "Financement participatif pour la croissance verte" aux 3 centrales solaires de ce protefeuille car elles concourent à la transition écologique et énergétique dans les territoires. Cette certification officielle créée par le Ministère de la Transition Energétique et Solidaire a pour objectif de donner confiance aux épargnants qui souhaitent investir, par le financement participatif, dans des projets proches de chez eux et respectueux de l'environnement. Elle concerne toutes les formes de financement participatif (dons, prêts, capital, obligations, royalties et minibons) et vise les projets « verts » hébergés sur les plateformes de financement participatif.

 

Akuo Energy est un acteur historique en Corse et le premier développeur d’énergie d’énergie solaire photovoltaïque sur l'ile avec 6 projets en exploitation pour une puissance totale de 33 MWc dont 2 projets - pour un total de 11 MWc - sont couplés avec un dispositif de stockage de l'électricité. Outre la faculté de s’affranchir du caractère intermittent associé à ce type de production en injectant une puissance stable et maîtrisée, ces centrales associant solaire et stockage offrent une garantie de soutien à l’équilibre du réseau grâce à un dispositif intelligent de surveillance et de régulation en tension et en puissance. La centrale de Mortella, à Ghisonaccia, est à ce jour la plus grande solaire de Corse (7MWc/7MWh) munie de ce dispositif.

En parallèle, des projets à base d’autres sources d’énergie (biomasse, hydraulique et éolien) sont à l’étude, dont l’équipe corse est convaincue qu’ils remporteront la même réussite que les projets solaires, notamment en termes de reconnaissance régionale. Akuo Corse, au-delà des emplois générés, a su également créer des partenariats solides avec des entreprises corses dans les domaines de la maintenance, du génie civil et de l’ingénierie, qui augurent d’autres collaborations futures et créations d’emplois.

 

Centrale photovoltaïque RAPALE: 9,8 mégawatts crête (MWC)

Mis en service en octobre 2010, le projet RAPALE a doublement marqué l’histoire du photovoltaïque en Corse. Il a en effet été non seulement le 1er parc installé sur l’île (et le 5ème à avoir vu le jour en France) mais il est aussi le premier parc « repowéré » de l’île de beauté. Localisée sur la commune de Rapale, la centrale se présente sous la forme de 3 plateformes pâturées, séparées entre elles par des collines boisées. En complément de la création d’électricité renouvelable, la moitié du foncier occupé par RAPALE est destiné à des activités de culture, d’élevage ou à l’emplacement d’aménagements pour la faune. Un partenariat Agrinergie® a été créé avec un berger riverain, exploitant « Casgiu d’Amore », qui dispose de l’intégralité de la centrale pour le pâturage de son troupeau, le stockage de son matériel, le pacage de ses agnelles et d’un espace dédié au fourrage.

Centrale photovoltaïque OLMO1: 4 mégawatts crête (MWC)

Le projet OLMO I, situé en bordure nord du projet OLMO II, est la première centrale photovoltaïque industrielle couplée à une unité de stockage de l’électricité implantée en Corse à avoir été mise en service. Forte d’une puissance installée de 4 MWc et d’une capacité de stockage en batteries Li-Ion de 4 MWh, la centrale propose une solution à la problématique d’intégration des énergies renouvelables sur les réseaux électriques des zones dites non interconnectées : outre la faculté de s’affranchir du caractère intermittent associé à ce type de production en injectant une puissance stable et maîtrisée, elle offre une garantie de soutien à l’équilibre du réseau grâce à un dispositif intelligent de surveillance et de régulation en tension et en puissance.

Centrale photovoltaïque MORTELLA: 7 mégawatts crête (MWC)

Le projet MORTELLA est une centrale photovoltaïque de 7 MWc couplée à une unité de stockage de l’électricité par batteries Li-Ion d’une capacité de 7 MWh. Mise en service en Août 2015, cette centrale est la ferme photovoltaïque avec stockage la plus importante de l’île. Grâce à l’intégration d’une capacité de stockage couplée à un dispositif innovant de surveillance et de régulation de son injection, la centrale permet de s’affranchir du caractère intermittent associé à la production photovoltaïque, en délivrant une puissance stable et continue, tout en offrant une garantie de soutien à l’équilibre du réseau. Par ailleurs, la valorisation agricole et écologique des parcelles repose sur la plantation et l’exploitation d’une centaine de plants d’oliviers destinés à la production d’huile biologique. Ce volet agricole permet de soutenir l’économie rurale en approvisionnant le marché biologique local mais aussi de revaloriser les cultures traditionnelles régionales.

L'EMPRUNTEUR

Akuo Energy est l'emprunteur du prêt et s'engage chaque année, lors de la publication de ses états financiers, à attester que l’argent levé sous forme de financement participatif par l’intermédiaire de la plateforme AkuoCoop figure bien au crédit des comptes du porteur de projet. Cela sera constaté de deux façons : dans les annexes des comptes du porteur de projet, où il sera stipulé que la société de projet a bénéficié d’un financement AkuoCoop (à hauteur de la collecte réalisée), et sous forme d’engagements hors bilan pris par Akuo Energy et reçus par le porteur de projet.

L’emprunteur est donc le groupe Akuo Energy (sponsor) et non la société de projet (SPV) donc le risque ne dépend pas de la production du projet choisi mais du bilan du groupe. Si le produit du prêt AkuoCoop est utilisé pour le refinancement d’une centrale de production d’électricité renouvelable, c’est la société mère Akuo Energy qui émet cet emprunt. Le risque de remboursement de ce prêt ne dépend donc pas directement de la centrale refinancée mais de la qualité de crédit de l’entreprise Akuo Energy, c’est-à-dire sa capacité à faire face à l’ensemble de ses engagements financiers.

Akuo Energy est le leader indépendant français d’énergie distribuée et renouvelable

Akuo Energy est présent sur l’ensemble de la chaîne de valeur : développement, financement, construction et exploitation. A fin 2018, Akuo Energy avait investi 2,2 milliards d’euros pour une capacité totale à ce jour de 1,2 GW d’actifs en exploitation et en construction et plus de 2 GW de projets en développement. Avec à ce jour plus de 350 collaborateurs, le groupe, dont le siège social est à Paris, est implanté dans 18 pays dans le monde. Akuo Energy vise une capacité de production globale de 3 500 MW en 2022.

Nouvelle croissance en 2018

Sur l’exercice 2018, Akuo Energy a enregistré un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 8% à 210 millions d’euros en normes IFRS (chiffre non audité). Sur la période, le chiffre d’affaires groupe correspondant au volume d’affaires intégrant les sociétés mises en équivalence (3 sociétés fin 2018), ressort à 221 millions d’euros. La progression de l’activité résulte notamment de l’impact en année pleine des centrales mises en service en 2017, des nouvelles centrales entrées en exploitation durant l’exercice ainsi que l’entrée dans le périmètre en fin d’année des centrales hydroélectriques en Bulgarie. Fin 2018, le groupe disposait d’une capacité totale de 1 182MW d’actifs en exploitation et en construction dont plus de 60% sont situés en dehors de la France métropolitaine.

Poursuite du développement au niveau national et international

L’année écoulée a été particulièrement riche en termes de projets. Le groupe a en effet mis en service la centrale solaire Bousquet d’Orb (17MW, Hérault, France) ainsi que la 1ère centrale hydroélectrique au fil de l’eau en Savoie (Chavort, 2MW, France) et a finalisé l’acquisition de 4 centrales hydroélectriques en exploitation en Bulgarie pour un total de 63MW. L’exercice a également été marqué par le démarrage de la construction de plusieurs centrales comme Henrietta (17MW), 1ère centrale solaire pour le groupe à Maurice ; Lherm, 10,5MW solaire en Agrinergie® en Haute Garonne ; Focola, 1,7 MW solaire en Agrinergie® en Nouvelle Calédonie ; Curbans, 1ère centrale solaire avec tracker de 15MW dans les Alpes de Haute Provence ; et enfin O’MEGA1 dans le Vaucluse (17 MW), 1ère centrale solaire flottante en France et la plus puissante d’Europe, qui associe une production agricole biologique via La Ferme d’Akuo®. En parallèle, les équipes d’Akuo Energy se sont mobilisées pour la poursuite de la construction de plusieurs projets à l’instar de Kita (50MW, Mali), la plus importante centrale solaire d’Afrique de l’Ouest, Pecasa (50MW), 1ère centrale éolienne en République dominicaine pour le groupe ou encore Novillars (20MW) et Energostatik (5 MW), centrales de cogénération biomasse respectivement en France et en Croatie. Depuis sa création en 2007, Akuo Energy a ainsi investi plus de 2,2 milliards d’euros pour le financement de projets de production d’énergie renouvelable. Conformément à sa stratégie de développement, le groupe a également fait entrer un coinvestisseur dans le projet Krnovo en exploitation, 1ère centrale éolienne au Monténégro (72 MW). Masdar, société spécialisée dans les énergies renouvelables détenue par Mubadala Investment Company, la société d'investissement stratégique du gouvernement d'Abu Dhabi, a ainsi acquis 49% de l’entité propriétaire de l’actif.

Fin 2018, la France représentait ainsi 34% des actifs en exploitation, l’Europe (hors France) 22%, les Etats-Unis 22%, l’Amérique Latine 17% et l’Outremer 5%.

Premiers déploiements des solutions de production d’énergie solaire et de stockage containerisées

L’année 2018 a été également riche pour l’activité Produits et Solutions dans la mesure où le groupe a déployé pour la première fois ses solutions de solaire et de stockage containerisées (Solar GEM® et Storage GEM®) permettant ainsi d’alimenter en électricité verte plusieurs villages indonésiens non reliés au réseau. Akuo Energy a également installé les premières structures flottantes, dans le cadre du partenariat avec la société Ciel & Terre, pour la centrale O’MEGA1 et a initié la fabrication et la commercialisation de tuiles solaires via sa filiale Sunstyle International. Enfin, le groupe et ses partenaires Atawey, JCDecaux et Galeries Lafayette ont été lauréat dans le cadre d’un appel à proposition de la Commission Européenne. Dénommé Last Mile, ce projet permettra de déployer à grande échelle un réseau de stations de recharge hydrogène vert, compactes et décentralisées.

Confirmation de la stratégie d’indépendance

Depuis 2 ans, Akuo Energy compte dans son actionnariat le groupe Colam Entreprendre, entreprise familiale privée, actionnaire fondateur de Sonepar, leader mondial de la distribution aux professionnels de matériels et solutions électriques et services associés. L’arrivée de Colam Entreprendre permet de doter le groupe des moyens à la hauteur des enjeux de son développement. Les dirigeants fondateurs restent majoritaires d’Akuo Energy.

A propos de Colam Entreprendre : Fruit de l’association des familles Coisne et Lambert en 1897 dans l’industrie textile, Colam entreprendre a été créé à la 4e génération en 1960 afin de développer de nouveaux métiers. C’est en 1969, sous la conduite d’Henri Coisne, qu’a commencé l’aventure dans la distribution de matériel électrique avec ce qui allait devenir Sonepar, aujourd’hui présidé par sa fille Marie-Christine Coisne-Roquette, également Président Directeur général de Colam-entreprendre. A ce jour, Colam Entreprendre réunit plus de 400 actionnaires familiaux des familles Coisne et Lambert. En 2018, Sonepar a réalisé un chiffre d’affaires de 22,4Mds.

Evénements récents et perspectives

Dans la continuité de 2018, l’année 2019 s’annonce encore dynamique pour le groupe avec la mise en service programmée de nombreux projets notamment en France, au Mali, en République dominicaine. A ce titre, la centrale de cogénération biomasse de Novillars dans le Doubs, mise en service en janvier, a été inaugurée en présence d’Emmanuelle Wargon, Secrétaire d'Etat auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire, le 15 février dernier. Le groupe a également annoncé en début d’année la signature d’une convention pour acquisition par Masdar d’une participation, détenue jusqu’à présent par John Laing Group plc (John Laing), dans les deux parcs éoliens exploités par Akuo Energy aux États-Unis, et est en cours de finalisation du refinancement de ses actifs éoliens en France. Le groupe poursuit donc sa stratégie develop-to-own pour les centrales de production d’énergie renouvelable (activité IPP-Independent Power Producer) et table également sur la montée en puissance de son activité Produits et Solutions notamment grâce aux solutions de production d’énergie solaire et de stockage containerisées particulièrement bien adaptées pour les sites isolés ou non reliés au réseau. A moyen terme, le groupe confirme viser une capacité installée de 3 500MW.

DÉCOUVRIR LE PROJET EN IMAGES

CENTRALE SOLAIRE RAPALE

CENTRALE OLMO1

CENTRALE MORTELLA

A QUOI VA SERVIR LE PRÊT ?

Akuo Energy souhaite donner l’opportunité à tous les citoyens de profiter de la rentabilité de ce projet en leur proposant de participer à son refinancement par du prêt participatif. Toutes les explications sur le refinancement sur la page Refinancement

Akuo Energy sera donc l'emprunteur et souhaite par ce prêt participatif donner corps à ses convictions : développer des projets locaux et qui ont du sens, y associer les citoyens et offrir aux populations d’en partager l’ensemble des bénéfices, environnementaux, économiques et sociaux.

De plus, Akuo Energy souhaite, grâce à ces projets exemplaires, mettre en avant les développements possibles au niveau des territoires en favorisant la cohabitation avec les énergies renouvelables.

LES ACTIFS DU PORTEFEUILLE DANS LA PRESSE

  

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DANS LES ZNI

La loi de transition énéergetique a fixé un objectif d'autonomie energetique en 2030 aux Zones Non Interconnectées (ZNI), c'est à dire les territoires qui ne sont pas connectés au réseau d'électricité continental, ou de façon limitée dans le cas de la Corse. Les autres zones sont les départements et régions d’outre-mer (Guadeloupe, La Réunion, Mayotte) ; les collectivités territoriales (Martinique, Guyane) ; certaines collectivités d’outre-mer (Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis et Futuna notamment); et l’île anglo-normande de Chausey.

Des coûts de production élevés

Les caractéristiques climatiques et géographiques des ZNI ainsi que la petite taille de leurs systèmes électriques créent de fortes contraintes pour le mix énergétique, la gestion du réseau électrique et l’approvisionnement. Elles justifient de recourir à des solutions technologiques adaptées et entraînent des coûts de production plus élevés qu’en métropole : ils atteignent 290 €/MWh en moyenne en 2016.

Ces coûts varient fortement d’un territoire à l’autre selon les caractéristiques du parc de production et du réseau. 

Des coûts très élevés de production électrique (Source CRE)

La péréquation tarifaire au service de la solidarité nationale

En vertu du principe de péréquation à l’échelle nationale, les consommateurs paient un niveau de facture d'électricité identique à celui de la France continentale : les surcoûts structurels entre coûts de production et recettes tarifaires des fournisseurs historiques sont compensés au titre des charges de service public de l’énergie (CSPE).

Jusqu’en 2015, celles-ci étaient financées par une contribution spécifique payée par tous les consommateurs d’électricité nationaux. Depuis, le financement est budgétisé et repose sur tous les contribuables, pour un montant annuel de 1,7 Md€ environ en 2016.

Un cadre réglementaire particulier

Les dispositions du Troisième paquet énergie de 2009 ont établi un cadre dérogatoire pour les « petits réseaux isolés ». En particulier, les États membres de l’Union européenne peuvent décider de ne pas appliquer la règle de dissociation des gestionnaires de réseaux aux entreprises intégrées d’électricité qui approvisionnent de tels réseaux. La loi française a progressivement décliné la notion de « petit réseau isolé » et les dérogations afférentes, à travers notamment la notion de zones non interconnectées au réseau métropolitain continental.

Ainsi, les opérateurs historiques : Électricité de Mayotte (EDM), Eau et Électricité de Wallis et Futuna (EEWF) et EDF Systèmes énergétiques insulaires (EDF SEI) dans les autres ZNI sont à la fois producteurs, gestionnaires de réseau et fournisseurs. 

D’autres producteurs comme Akuo Energy opèrent sur ces territoires et vendent leur électricité aux opérateurs historiques dans le cadre de contrats d’achat conclus en application d’arrêtés tarifaires, d’appels d’offres ou de contrats de gré à gré. En 2016, ces producteurs assuraient 68 % de la production des ZNI.

Une politique énergétique guidée par les programmations pluriannuelles de l’énergie (PPE)

La loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) a mis en place des PPE propres à chaque ZNI. Co-élaborées par le gouvernement et les autorités locales, elles constituent l’outil de pilotage de la politique énergétique et associent les collectivités locales à la politique énergétique de leurs territoires. 

Les collectivités peuvent demander au ministre chargé de l’Énergie de lancer un appel d’offres ou à la CRE d'analyser une disposition tarifaire si le rythme de développement de la filière concernée n’est pas en adéquation avec les objectifs de la PPE.

Les grands enjeux de la transition énergétique dans les ZNI

Territoires isolés du réseau électrique de la France continentale, les ZNI assurent l'essentiel de leur fourniture électrique avec des énergies fossiles importées (gaz, fioul, charbon), complétées le cas échéant par des énergies renouvelables locales. Elles font face au défi de leur transition énergétique et ont mis le cap sur le développement des énergies renouvelables et sur l'autonomie énergétique.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte leur a fixé des objectifs ambitieux : couvrir avec des énergies renouvelables 50 % de leur mix énergétique en 2020 et parvenir à l’autonomie énergétique en 2030. 

Un mix électrique majoritairement basé sur les énergies fossiles (2016)

Pour l’électricité, passer d’un système carboné à un système reposant sur des énergies renouvelables soulève toutefois d’importantes questions techniques et économiques.  Les centrales thermiques ont récemment fait l'objet d'importants investissements. Dans ce contexte, une attention particulière doit être portée à l’adéquation de l’évolution du parc de production avec la consommation et la durée de vie des unités de production afin d'éviter une situation de surcapacité durable et les importants coûts échoués qui en découleraient. De plus, intégrer des énergies renouvelables intermittentes aux systèmes électriques de petite taille des ZNI nécessite des solutions adaptées pour maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande d'électricité. Une des solutions est de déployer des installations de stockage centralisées, pilotées par le gestionnaire de réseau.

Les projets d’énergies renouvelables doivent aussi faire en priorité appel à des technologies matures et maîtrisées, à la fois pour contenir la dépense publique et assurer la sécurité du système électrique.

 

 

MIX-ÉNERGÉTIQUE DE LA CORSE

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (TECV) fixe l’objectif de porter pour la Corse la part des énergies renouvelables à 40% de la production totale d’électricité en 2023 dans l’optique d’une autonomie énergétique à horizon 2050.

Les énergies renouvelables sont très variées et leurs propriétés dépendent à la fois de la ressource (eau, soleil, vent…) et de la technologie de conversion de l’énergie utilisée. Raccordées au réseau, certaines énergies comme la géothermie ou l’hydraulique vont apporter de l’inertie et directement contribuer à la sûreté de fonctionnement du système électrique, tandis que les énergies intermittentes (éolien et photovoltaïque), interfacées par de l’électronique de puissance, ne fournissent pas naturellement ce service. Akuo Energy a ainsi développé en Corse la plus grande centrale solaire couplée à du stockage, MORTELLA. Cette technologie de stockage permet de grandes avancées pour augmenter l’insertion des énergies renouvelables intermittentes tout en maintenant la sûreté du système électrique.

Dans le mix global tous territoires confondus, 27,3% de la production d’électricité est d’origine renouvelable. L’hydroélectricité représente à elle seule plus de la moitié de la production renouvelable suivi du photovoltaïque et des bioénergies. La part non renouvelable provient du fioul ainsi que du charbon. Il existe également des importations d’énergie via des liaisons électriques entre la Corse et l’Italie.

La production d’EnR en Corse est à 66% d’origine hydroélectrique.